Sculptures2021

Sculptures 2021

Femme à la tête renversée (65*50*30), noyer ciré

Femme à la tête renversée (65*50*30), noyer ciré

Femme à la tête renversée (65*50*30), noyer ciré

Femme à la tête renversée (65*50*30), noyer ciré

Femme à la tête renversée (65*50*30), noyer ciré

Femme à la tête renversée (65*50*30), noyer ciré

Femme à la tête renversée (65*50*30), noyer ciré

Femme à la tête renversée (65*50*30), noyer ciré

Sculptures2017

Sculptures 2017

FemmeGenevrier6

Femme à genoux, sculpture en genévrier

FemmeGenevrier1

Femme à genoux, sculpture en genévrier

FemmeGenevrier5

Femme à genoux, sculpture en genévrier

FemmeGenevrier4

Femme à genoux, sculpture en genévrier

femmeavantteinte1

Femme avant teinte, aubépine

femmeavantteinte2

Femme avant teinte, aubépine

femmeavantteinte4

Femme avant teinte, aubépine

femmeavantteinte5

Femme avant teinte, aubépine

femmeavantteinte6

Femme avant teinte, aubépine

femmebleuavantcire1

Femme teintée, aubépine

femmebleuavantcire2

Femme teintée, aubépine

femmebleuavantcire3

Femme teintée, aubépine

femmebleuciree1

Femme teintée et cirée, aubépine

femmebleuciree2

Femme teintée et cirée, aubépine

femmebleuciree3

Femme teintée et cirée, aubépine

femmebleuciree4

Femme teintée et cirée, aubépine

femmebleuciree5

Femme teintée et cirée, aubépine

femmebleuciree6

Femme teintée et cirée, aubépine

femmebleuciree7

Femme teintée et cirée, aubépine

Bonjour tout le monde !

Henri Coulaud

 Pourquoi la sculpture?  Pourquoi le bois ?

 La sculpture me permet d’exprimer le mouvement des corps, et surtout celui de la femme.

Je commence la sculpture par un dessin à partir d’un modèle vivant (notamment grâce à l’association des « 3A » d’Arcueil). L’étude des mouvements est ensuite travaillée sur croquis. Une fois l’ensemble des représentations intégré dans un volume, je vais choisir une essence de bois.

J’essaie de me représenter le mouvement dans le bois avec les veinures, les variations de teintes.

Une fois le morceau de bois choisi commence le réel travail de sculpture. Implanter une forme voulue dans une masse de bois n’est pas simple, il faut tout d’abord dégrossir le morceau pour atteindre enfin la partie noble du bois. C’est un travail important qui déterminera la mise en place de la forme voulue. Je dessine directement la forme recherchée sur le bois, ce qui facilite ce travail.

Le plus délicat dans le travail d’approche est de trouver le sens du fil (( c’est quoi le fil? Explications)) qui permet ensuite un travail aisé. Certains bois comme le buis, si ils sont trop secs, deviennent difficiles à dégrossir car le bois peu partir en plaque sans réel contrôle.

Ensuite, et c’est le plus agréable, voir petit à petit la forme et le mouvement sortir du bois. Le mouvement est transcendé avec les veines qui apparaissent. Là, il faut éviter de se faire happer par les veines et leurs variations de teintes, il faut rester sur son objectif: le mouvement choisi initialement.

Après le travail à la gouge vient le ponçage, long et parfois fastidieux, mais quel plaisir à la finition après ces heures de ponçage.

Le dernier ponçage se fait, après avoir mouillé la sculpture, avec du papier très fin. Ce dernier ponçage, une fois les pores du bois gonflés par l’eau, permet d’obtenir un aspect lisse, comme celui d’un inox bien poli. C’est là que nous voyons enfin si les teintes des veines sauront amplifier le mouvement voulu.

La finition à la cire d’abeille naturelle donnera l’aspect final.

Pourquoi avoir choisi le bois, touchez un morceau de bois poli et ciré et vous comprendrez la sensualité qui s’en dégage. Les variations de teintes du bois permettent d’amplifier les mouvements et les formes des corps. C’est aussi une matière vivante qui ne cesse de changer avec le temps et la lumière.